Mardi 10 avril 2001

Baignades avant le petit déjeuner (dans le platier puis dans la piscine de l'hôtel) ; nous démarrons par une visite du musée Stella Matutina, ancienne sucrerie, puis par un arrêt au Grand Souffleur - grotte sous-marine qui crache comme une baleine dès que les vagues sont un peu fortes. Nous pique-niquons ensuite à l'entrée des gorges qui mènent à Cilaos, avant de nous décider à suivre cette magnifique route aux trois cent virages, sur laquelle les chauffeurs confirmés n'hésitent pas à prendre le volant à la place des néophytes qu'ils croisent, afin de pouvoir avancer, et où les chauffeurs de car débutants ne savent pas sortir d'un tunnel, tout juste taillé pour leur véhicule, mais qui se termine par un virage à 90°. Le paysage est paraît-il magnifique, mais je n'avais pas pris de Nautamine...

La côte Ouest battue par les vents, au niveau du Souffleur Sur le chemin vers la Cascade du Bras Rouge ; bois d'agave Une remontée de lave a mieux résisté à l'érosion que son environnement
Le Souffleur Vers la cascade du Bois Rouge Vers la cascade du Bois Rouge

Nous nous installons "Au Clair de Lune", avant une courte balade vers la cascade du Bras Rouge. Nous découvrons malgré le ciel bas les magnifiques paysages de cartes postales de la réunion, avec des reliefs acérés et une végétation luxuriante. L'érosion permet de visualiser les remontées de lave, par cheminées verticales ou par des dykes plus ou moins importants dans toutes les directions. Avant le retour vers le gîte, nous prenons le temps d'une baignade à proximité de la cascade.

Le sentier serpente vers une cheminée de lave La couleur plus claire des roches indique la violence de l'explosion qui les a amenées là Cascade, au sommet de laquelle nous nous baignâmes
Vers la cascade Vers le cascade Cascade

Le rinçage naturel mais néanmoins très puissant sera gratuitement offert à tous ceux qui lambinent en chemin... Le vin de Cilaos et la cuisine d'Alex réchaufferont ensuite les corps et les âmes.

Aller à la page précédente

Mercredi 11 avril 2001

Nous nous levons dans les nuages, pour aller en compagnie de Nicolas faire nos dévotions géologiques à la Chapelle. Il s'agit d'une faille verticale dans une cheminée de magma, dûe à une rivière qui a décidé de ne pas contourner l'obstacle. Le résultat est assez impressionnant... Les phases successives d'activité du volcan sont ici visibles, grâce au travail de l'érosion. En se baissant, nous sommes supposés trouver dans le courant des cailloux relatifs à toutes ses failles. En fait, il manquera les cristaux d'olivine, que nous dénicherons plus tard.

  Les feuilles de songe sont hydrofuges ; les gouttes d'eau y ressemblent à du mercure La cheminée de lave a été entaillée verticalement par le ruisseau La corde d'escalade complètera bientôt le tableau...  
  Feuilles de songe Cheminée Séchage  

J'ai oublié de le préciser : il pleut du matin jusqu'au soir. Heureusement, une fois que nous serons de retour au gîte, et après une incursion méritante vu le temps dans une épicerie du village, la Dodo nous réchauffera, tandis que la corde d'escalade est rabattue au rang de corde à linge dans la salle à manger du gîte. Ils ne respectent vraiment rien, ces zoreilles !

Aller à la page précédente

Jeudi 12 avril 2001

Il pleut, et le temps est bouché. Nous redescendons la route vers la côte, lentement pour éviter les éboulis. Arrêt à Saint Pierre le temps qu'Anne fasse vérifier le moteur qui trouve le moyen de chauffer avec la pluie qu'il tombe ; mais non, ce n'est qu'un court circuit dû aux conditions climatiques... Pendant ce temps, nous arpentons la jetée, ou des poissons sauteurs s'amusent à tenter d'échapper aux vagues puissantes.

Nous remontons vers le volcan de la Fournaise, avec un arrêt à la plaine des caffres pour visiter l'observatoire du volcan où un jeune "volontaire" de l'armée doit assurer ce qualificatif pour nous faire effectuer le tour des installations, l'équipe étant saturée en cette période d'éruption. Car je ne l'ai pas encore dit, le volcan s'est arrêté trois jours avant notre arrivée sur l'île. Cette dernière éruption n'aura duré que 10 jours, alors que les forfaits standard sont d'une semaine ou d'un mois. Pas de chance, il faudra reprendre rendez-vous !

Le pique-nique est remplacé par un repas au restaurant... du volcan, compte tenu de la météo. Et Anne joue dès aujourd'hui le joker "Maison... du Volcan", pour occuper au sec l'après-midi. Nous reprenons ensuite la voiture, en direction du gîte... du volcan.

Aller à la page précédente
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 03/05/2001