Samedi 17 avril 2004

A 4h30, nous quittons le domicile de Béatrice, où nous nous sommes retrouvés la veille. Nous (Pascal et Lucie, Béatrice et Laurent, Martine et moi) retrouvons à Roissy Michel et Colette, ainsi que Patrick qui nous encadrera. A 17h30, nous voilà à Honolulu, après un passage à Amsterdam et à Minneapolis ; mais n'oubliez pas d'ajouter les 12 heures de décalage horaire ! Avec mains détours et une visite touristique de la ville, une navette nous conduit à l'hôtel Pagoda, où nous dînons sur une île de béton "flottant" au milieu de bassins pleins de carpes . Un petit tour en soirée dans Waikiki, le quartier commercial de cette ville bétonnée précèdera un repos bien mérité.

Bassins de l'hôtel la Pagode
Hôtel de la Pagode
Aller à la page précédente

Dimanche 18 avril 2004

Nouveau départ en avion pour Hilo, qui se trouve sur Big Island, l'île la plus orientale et la plus récente de l'archipel, où nous arrivons en début d'après-midi après trois quarts d'heure de vol. Le temps de déposer nos affaires à l'hôtel, Arnotts Lodge, et nous montons vers le volcan pour découvrir les lava-trees. Ces moulages ont été créés par des coulées de lave fluide qui ont enserré des troncs. La lave s'est ensuite refroidie préférentiellement autour des troncs, créant une carapace solide, qui a subsisté à la baisse du niveau de la coulée, donnant ce moulage en relief dont la hauteur trahit celle de la coulée qui l'a créé.

  Lava tree : moulage en creux d'un tronc, pris dans une coulée de lave Lava tree : croûte de lave figée à la base d'un tronc pris dans une coulée Béatrice donne l'échelle de la coulée !  
  Lava tree Lava tree Lava tree  

Le temps vire à la pluie ; nous nous dirigeons alors vers la route côtière, coupée par les coulées de lave actives depuis 1992. Nous espérons voir sur les hauteurs les lueurs rouges des coulées en cours. Peine perdue, nous essaierons demain depuis l'Ouest de la coupure.

Aller à la page précédente

Lundi 19 avril 2004

Départ en voiture, pour le parc des volcans. De nouveau, le temps est incertain, et virera complètement à la pluie dans l'après-midi. Nous rayonnons, essentiellement en voiture, autour du cratère du Kilauea, avec des haltes à la maison du parc, et à l'observatoire du volcan que nous aurons l'occasion de visiter librement grâce aux relations de Patrick. Situé à une altitude de 1240m, c'est-à-dire plus de 6000m au dessus du socle sous marin, ce volcan bouclier comporte une caldeira de trois kilomètres sur quatre, avec des falaises d'au maximum 120m dominant son fond de lave. De nombreuses fissures trahissent deux zones de rift, dans les environs du volcan. Au Sud de la caldeira, on trouve le cratère d'effondrement Halema'uma'u, supposé héberger Pelée, la déesse des volcans.

  Vue générale sur la caldeira Jets de vapeur Le cratère Halema'uma'u, vu de l'observatoire  
  Caldeira du Kilauea Jets de vapeur Le cratère Halema'uma'u  
Cratère de Kilauea Iki
Cratère de Kilauea Iki

Ce cratère correspond à la principale mise à l'air libre de la chambre magmatique du volcan, actif depuis la période historique et en éruption permanente depuis 1983. Cette dernière éruption à déjà rejeté le volume énorme de 2km3, réparti sur 100km2. Hélas, ces jours ci correspondent à une accalmie du volcan, et les coulées, issues du Pu'u 'O'o n'atteignent plus la mer, distante d'une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau. En fait, la surface des coulées refroidit rapidement, créant un tunnel isolant la lave en fusion qui continue à garder sa température et à progresser le long des pentes vers le rivage ; nous aurons l'occasion de visiter plusieurs vestiges de tunnels, et de voir la lave déboucher de nulle part, en fait de l'un d'entre eux !

Tunnel de lave de Thurston Tunnel de lave de Thurston Traces de refonte du plafond du tunnel, dégoulinant sur les parois
Tunnel de lave de Thurston Tunnel de lave de Thurston Tunnel de lave de Thurston

Nous décidons d'aller rechercher le beau temps de l'autre côté du volcan, et rejoignons le désert de Kau. Cette zone est célèbre : une explosion phréatomagmatique survenue en 1790 (la seule de l'histoire avec celle de 1923) y a anéanti l'armée du chef Keoua, venu contester le pouvoir du chef Kamehameha, qui régnait sur la quasi totalité de l'île. Des traces de pas dans les cendres y étaient visibles jusqu'à un passé proche ; il faut aujourd'hui beaucoup d'imagination pour les repérer... La zone a depuis été recouverte par des coulées successives, la dernière datant de 1974. Nous pouvons voir des coulées cordées, des dalles de lave pahoe pahoe, ainsi que quelques coulées AA, peu propices à la randonnée.

Lave cordée Dalles de lave Coulées AA, les moins propices à la marche...
Lave cordée Dalles de lave Coulées AA

Nous remontons ensuite voir le volcan, et tenter de jeter un oeil sur le cratère de Halema'uma'u. La nuit étant tombée, nous prenons la direction de la côte ; les nombreuses voitures s'engageant dans cette voie en cul de sac nous confirment que nous sommes cette fois sur la bonne piste : effectivement, du bout de la route, nous apercevons sur les hauteurs les coulées rougeoyantes...

Aller à la page précédente
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 21/05/2004