Les volcans mayas

Souhaitant aller visiter le Chili, je me retrouve finalement au Guatemala, au sein d'un voyage organisé par Terra Incognita en Octobre 2003. Encadré par Emmanuel et conduit par Manuel (le vrai, dit-il...), notre petit groupe de cinq personnes est allé traîner ses chaussures sur quelques uns des 37 volcans du pays, est allé visiter des villes et villages indiens, et découvrir le site maya de Tikal, dans la jungle du Peten.

Nous rentrions à l'hôtel tous les soirs (à un bivouac près) ; sauf peut-être lors de notre balade à 4000m, la température était très agréable, en cette fin de saison des pluies.

Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante

Le Guatemala est au centre de la civilisation maya, qui rayonna de 2000 av JC à l'an 900, date de son déclin. Les mayas construisirent les plus grandes cités de la période classique (de l'an 250 à l'an 900) sur une plaine de basse altitude recouverte d'une épaisse végétation tropicale, aujourd'hui appelée Peten. Ils occupèrent ensuite les Hautes Terres, ensemble montagneux composé essentiellement d'une chaîne volcanique parallèle à la côte Pacifique. Cette zone fertile est aujourd'hui la plus densément peuplée du pays.

420 conquistadors espagnols pénétrèrent dans le territoire maya en 1524 ; aidés par les rivalités opposant les différentes tribus, ils conquérirent le territoire maya en moins de quatre mois, massacrant sans merci toute la population des villages à la moindre résistance. Ils installèrent leur capitale à Santiago de Los Caballeros en 1524 ; suite aux violents combats entrre colons et autochtones, ils la déplacèrent en 1527 à Ciudad Vieja, qui fut engloutie par des torrents de boue du volcan Agua en 1541. Elle fut alors reconstruite à proximité, mais à l'écart du volcan, dans la vallée de Panchoy, sur le site actuel d'Antigua. Le tremblement de terre de 1717 détruisit une bonne partie de la ville, qui fut aussitôt reconstruite. Mais le séisme du 29 Juillet 1773 ne laissa qu'un champ de ruines : la capitale fut de nouveau déplacée sur le site de l'actuelle Ciudad de Guatemala, elle même victime de violents tremblements de terre en 1917 et 1976.

Le Guatemala obtient son indépendance le 15 Septembre 1821, en même temps que les provinces aujourd'hui mexicaines du Yucatan et du Chiapas. La révolution de 1871 porte au pouvoir Justo Rufino Barrios, qui mène de grandes réformes dans le pays. En 1880, la future United Fruit Company implante des bananeraies dans le pays et impose au pays la mainmise politique et économique des Etats-Unis. A partir de 1885, le régime de dictature bananière s'impose au pays jusqu'à la révolution de 1944. Le président Juan José Arévalo inaugure alors une période de progrés social, brutalement interrompue par la CIA dès lors que les intérêts de l'United Fruit Company sont menacés, en 1954. De nouvelles juntes militaires se succèdent au pouvoir, dont celle menée par le général Rios Montt, en 1982, avec sa politique de terre brûlée qui conduit au massacre de plus de 100 000 indiens, et l'exil de nombre d'entre eux pour le Mexique. Le pouvoir revient aux civils en 1986, et la guerre civile contre les rebelles de l'URNG prend fin en 1996.

En ce mois d'Octobre 2003, la campagne électorale pour les élections du 9 Novembre 2003 bat son plein ; parmi les candidats : Rios Montt, qui se présente suite à un tour de passe passe juridique, malgré un article de la constitution interdisant que des personnes ayant pris le pouvoir par les armes puissent se présenter aux suffrages des électeurs....



Pour en savoir plus sur le pays : guide NEOS Guatemala/Belize

Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 08/11/2003